Home » Posts tagged 'Définitions'

Tag Archives: Définitions

Quel est pour vous l’élevage de demain ? Micro-trottoir au Sommet de l’Elevage

A l’occasion du Sommet de l’élevage, la Chaire bien-être animal est venue à la rencontre des visiteurs pour leur poser quelques questions sur le bien-être animal et l’élevage ! Un bon moyen de découvrir votre opinion de citoyen éleveur et/ou consommateur !

Defining animal welfare

Animal welfare is a growing expectation and as a result there is a growing desire to be kind to animals.

But what do we mean by animal welfare? What is it based on? Is it different from good treatment? Is a caring attitude always synonymous with good treatment?

Animal welfare raises so many important questions!

The scientific definition of animal welfare according to the French Agency for Food, Environmental and Occupational Health & Safety (ANSES)

The welfare of an animal is based on its ability to feel emotions, on its sensitive nature. This has been demonstrated by scientific research for many years and has also been enshrined in law.

Taking into account these elements, the Anses established, in 2018, a scientific definition of animal welfare, mentioning that the content of this definition is subject to change with advances in knowledge.

« The welfare of an animal is its positive mental and physical state as related to the fulfilment of its physiological and behavioural needs in addition to its expectations. This state can vary depending on the animal’s perception of a given situation ». (Anses, 2018)

This definition is fundamental in several ways:

▶︎ First of all, it emphasizes that welfare is unique to each individual. It is therefore more accurate to talk about the welfare of animals rather than animal welfare! The welfare of a group of animals is therefore the result of the welfare of each individual.

▶︎ It states that welfare refers to an animal’s positive physical but also mental state. Therefore, emotions felt by an animal are paramount in assessing its welfare.

▶︎ Finally, welfare varies according to the situation in which each animal finds itself, its perception and expectations… which differ from those of humans… so animal welfare must imperatively be evaluated from the animal’s point of view.

This video made by the Chaire bien-être animal summarizes everything we have just mentioned about the Anses’ definition:

ℹ️ To learn more about this definition, you may also like:
▪︎ this info-poster by the Chaire bien-être animal
▪︎ this page by the French Centre National de Référence pour le bien-être animal
▪︎ this page by the Anses

For other theoretical definitions of animal welfare, watch this video.

Welfare, kindness and good treatment

So then, is showing care for an animal and meaning to treat it well enough to call it welfare? At this point, it seems important to distinguish between the notions of good treatment, kindness and animal welfare.

Good treatment is therefore an obligation of means. It is necessary but does not guarantee welfare, which depends on an animal’s perception and, as such, is an obligation of result.

First and foremost, kindness is an intention, a state of mind. It is necessary for good treatment but does not guarantee it, just as it cannot guarantee animal welfare.

In short:

ℹ️ If you still can’t see the difference, you may want to watch these videos:
▪︎ difference between welfare and good treatment with Luc Mounier, head of the Chaire bien-être animal
▪︎ difference between kindness, good treatment and welfare with Jérôme Michalon, sociologist

This distinction between welfare, kindness and good treatment allows us to understand the involuntary mistreatment sometimes inflicted by owners upon their animals – especially pets – for lack of understanding of their needs and behaviours. To go deeper into the subject, you may read this article by Estelle Mollaret, engaged in the residency programme of the ECAWBM (Animal welfare sub-speciality).

The operational definition of welfare 

Although the Anses’ definition is scientifically valid, in practice it may seem difficult to implement because it is very theoretical. This is why relying on a more operational definition may be relevant for a concrete evaluation. The most commonly accepted operational definition of welfare is, as stated in « The five freedoms » guidelines:

These « freedoms » must all be positively evaluated for welfare to be observed.

To better understand the principles of the five freedoms, you may watch this video:

ℹ️ To go deeper into the subject of the five freedoms you may also like:
▪︎ this info-poster by the Chaire bien-être animal
▪︎ this video from our MOOC “Farm animal welfare”

Other operational definitions are sometimes used, notably the one developed in the welfare quality® project, which is based on 4 principles:

– good nutrition

– good comfort

– good health

– appropriate behaviour

Now, two possibilities:

1. You are still lost. In that case, this video recaps everything we’ve just discussed:

2. You have understood everything and you wish to know more. Feel free to download the booklet “Understanding animal welfare” published by Quae.

ℹ️ For an overview of other themes regarding animal welfare, you can consult this file by Pop’Sciences entitled Let’s take care of animal welfare.


Illustrations : Sabine Li, Freepik et Marion Weisslinger

« Le bien-être des troupeaux laitiers », guide à destination des vétérinaires

Après le guide « Bien-être animal » à destination des éleveurs, nous vous partageons aujourd’hui le nouveau guide élaboré par Danone en partenariat avec Phylum, la SNGTV, la Chaire bien-être animal, l’Idele et l’association CIWF

Un guide à destination des vétérinaires 

« Le vétérinaire est, avec le propriétaire, un des acteurs majeurs d’une amélioration pragmatique et concrète du bien-être en élevage »

Luc Mounier

Ce guide s’adresse cette fois-ci aux vétérinaires qui sont, avec les propriétaires des animaux, des acteurs majeurs du bien-être animal. Ainsi, il fait le point sur le rôle du vétérinaire concernant non seulement le diagnostic et pronostic de l’état de santé des animaux mais aussi la prévention des situations à risques au sein des élevages, la prise en charge de la douleur, la transportabilité des animaux, l’euthanasie, la gestion du troupeau

Un guide pour accompagner les éleveurs dans une optique « One Welfare »

L’objectif de ce guide est ainsi d’aider le vétérinaire à accompagner l’éleveur tout en prenant en compte les besoins et contraintes de ce dernier en matière de temps, d’investissement et de ressources humaines. Il s’agit, vous l’aurez compris, de suivre une logique « Un seul Bien-Être » dite « One Welfare » puisque bien-être animal et humain sont étroitement liés ! 

Si ce guide propose entre autres des ressources techniques à destination des vétérinaires pour détecter les signes de douleur chez les bovins (pp.22-23) ou encore pour choisir les bons analgésiques et anesthésiques selon les cas (p.26), il contient également des arbres décisionnels pour permettre au vétérinaire d’évaluer pleinement les situations et aider l’éleveur à faire les choix les plus protecteurs possibles du bien-être de ses animaux tout en lui évitant des pertes économiques trop lourdes. 

Par exemple, en ce qui concerne la gestion de la douleur, le guide met en avant la nécessité de s’appuyer sur la règle des 3S (Supprimer, substituer, soulager) notamment dans le cadre de pratiques comme l’écornage ou la castration.

Source : guide p. 24

Le guide met aussi l’accent sur la nécessité d’une bonne relation humain-animal pour permettre au vétérinaire de réaliser les soins en sécurité sans occasionner trop de stress à l’animal.  Il est ainsi primordial de prendre en compte le monde perceptif du bovin mais aussi de le récompenser après chaque acte négatif (par des grattages ou une récompense alimentaire) pour lui rendre l’expérience la moins pénible possible.  

La question de la réforme et de l’euthanasie

Sont également abordées la question de la réforme et de l’euthanasie des animaux, directement en lien avec la transportabilité de l’animal en cas d’état de santé trop dégradé. L’euthanasie est ainsi considérée comme un « outil thérapeutique » pour soulager l’animal et comme une « composante critique du bien-être animal ».  Pouvoir mettre fin à la vie d’un animal en trop grande souffrance paraît en effet indissociable de son bien-être et de son confort de vie. Là encore, un arbre décisionnel est proposé au vétérinaire pour accompagner l’éleveur. 

Source : guide p. 38

Le vétérinaire un expert mais avant tout un pédagogue !

Pour conclure, ce guide rappelle certes le rôle primordial du vétérinaire en tant qu’expert, mais met surtout l’accent sur sa déontologie, sa démarche éthique et pédagogique, comme le rappelle d’ailleurs, en exergue, Jacques Guérin, président de l’Ordre national des vétérinaires. De fait, le vétérinaire, en fin équilibriste, travaille pour les animaux mais toujours avec humanité 

Sommaire

  • p. 7 : La définition du bien-être animal
  • p. 8 : Le vétérinaire, un acteur clé du BEA
  • p.10 : La relation à l’animal malade : les principes d’approches
  • p. 13 : L’observation du troupeau lors de toute visite pour alerter sur les signes précurseurs de problèmes de BEA
  • p. 14 : La visite BEA
  • p. 16 : Le bilan sanitaire, une opportunité pour intégrer pleinement le BEA
  • p. 16 : Accompagner le changement vers des pratiques de BEA vertueuses
  • p. 19 : Les bonnes pratiques de BEA du vétérinaire praticien
  • p. 20 : Focus n°1 – Principe et prise en charge de la douleur
  • p. 30 : Focus n°2 – Transportabilité des bovins, transport d’urgence et abattage d’urgence à la ferme
  • p. 36 : Focus n°3 – Bonnes pratiques sur la fin de vie
  • p. 40 : Focus n°4 – Appréhender la question de la longévité des vaches laitières avec les éleveurs